dimanche 31 mai 2009

Shaman


Bonjour,


Le chamanisme ou shamanisme est une spiritualité centrée sur la médiation entre les êtres humains et les esprits de la surnature (les âmes du gibier, les morts du clan, les âmes des enfants à naître, les âmes des malades à ramener à la vie, etc.). Cette médiation a une fonction économique au sein de la communauté : gérer l'aléatoire. C'est le chaman qui incarne cette fonction, dans le cadre d'une interdépendance étroite avec la communauté qui le reconnaît comme tel.
Le chamanisme au sens strict prend sa source dans les sociétés traditionnelles Sibériennes. Cependant, on observe des pratiques analogues chez de nombreux peuples, à commencer par les Mongols, qui seraient tous originaires de Sibérie, mais aussi au Népal, en Chine, au Japon, en Corée, chez les Indiens d'Amérique du Nord, en Afrique, en Australie et chez les Amérindiens d'Amérique latine.
On retrouve dans les cultures celtes les chamans en tant que sages et guérisseurs....


Shaman
envoyé par enyarwen -

samedi 30 mai 2009

Poussières d'Anges


Bonjour,

Notre vie nous paraît longue, les événements qui la remplissent sont nombreux, heureux ou difficiles, tout ce qui fait notre existence est tout à nos yeux...et pourtant, dans cet immense univers, que représentons nous....une infime petite lumière dans un océan d'espace, de temps, ou de non temps...Nous sommes issus d'une énergie formidable, et malgré tout, cela se perd dans l'éternité...
Un jour, je l'espère , nous arriverons à comprendre mieux comment tout ceci fonctionne, car il faut bien l'avouer, cela nous dépasse....

J'ai réalisé cette vidéo, sur une chanson de Sarah Brightman, "Dust in the Wind" (poussière dans le vent)...et je l'ai appelée Poussière d'Anges....


vendredi 29 mai 2009

Ancient Lore


Bonjour,

La Tradition nous apporte énormément de savoir et de sagesse.Elle regroupe diverses cultures, diverses connaissances de peuples, et nous enseigne les coutumes de chacun d'eux.
Voici un conte gallois pour illustrer la vidéo que j'ai appelée Ancient Lore, c'est à dire 'Ancienne culture traditionnelle".


Conte Gallois


Un jour, un garçon d'une douzaine d'années avait mené le troupeau de moutons de son père sur les pentes du Petit-Freni, non loin du village de Crymych. Quand il fut arrivé à la pâture, il y avait encore un peu de brouillard autour du sommet de la montagne, et le garçon essayait de voir d'où était venu ce brouillard. Les gens du pays disait en effet que, lorsque le brouillard venait du côté de Pembroke, il ferait beau, mais s'il venait de Cardigan, il ferait mauvais.

Comme il regardait autour de lui ce paysage tranquille et silencieux, la surprise le fit tout à coup sursauter : il apercevait en effet, sur les pentes du Grand-Freni, un groupe de gens qu'il croyait bien être des soldats, en train de s'affairer en cercle, comme pour un exercice. Mais le garçon commençait à connaître les habitudes des soldats, et il se dit lui-même qu'il était trop tôt dans la journée pour ceux-ci fussent déjà là. Laissant le troupeau pâturer tranquillement sous la garde des chiens, il marcha dans cette direction et, quand il fut plus près, il constata que ce n'étaient pas des soldats qu'il voyait ainsi, mais des gens appartenant au peuple féerique. Et ils étaient occupés à danser en rond, sans se soucier de ce qui se passait autour d'eux.

Le garçon avait entendu bien des fois les vieux du village parler des fés et, lui-même, il avait vu souvent les cercles qu'avaient laissées les "petites gens" sur l'herbe, le matin, après avoir dansé toute la nuit. Mais il n'en avait jamais encore rencontré. Sa première idée fut de retourner en hâte à la maison pour raconter à ses parents ce qu'il avait vu, mais il renonça à ce projet, se disant que les fées risquaient de ne plus être là lorsqu'il reviendrait.

Il se décida à approcher prudemment pour mieux les observer. De toute façon, il savait bien que les "petites gens" ne l'attaqueraient pas : tout ce qu'il craignait, c'est qu'elles disparaissent lorsqu'elles se seraient aperçues de la présence d'un être humain. Il s'avança donc le long des haies pour mieux se dissimuler et parvint ainsi sans encombre le plus près possible du cercle. Là, il se tint immobile et ouvrit les yeux tout grands pour ne rien perdre de la scène.

Il put ainsi constater que, parmi les "petites gens", il y avait un nombre égal d'hommes et de femmes, mais tous étaient extrêmement élégants et enjoués. Tous n'étaient pas en train de danser et quelques-uns se tenaient tranquillement à proximité immédiate du cercle, attendant d'entrer dans la ronde. Certaines femmes montaient de petits chevaux blancs fringants. Mais ils portaient tous de beaux vêtements de différentes couleurs, et c'est parce que certains d'entre eux avaient des habits rouges que le garçon avait pensé à des soldats.

Il était là, en pleine contemplation de ce spectacle inhabituel, quand les "petites gens" l'aperçurent. Au lieu de paraître hostiles ou de s'enfuir, elles lui firent signe d'entrer dans le cercle et de se joindre à leurs danses. Il n'hésita pas, mais, dès qu'il fut entré dans le cercle, il entendit la plus douce et la plus irrésistible musique qu'il connût. Immédiatement, sans comprendre ce qui se passait, il se retrouva au milieu d'une élégant demeure, aux murs recouverts de tapisseries de toutes couleurs. Des jeunes filles ravissantes l'accueillirent et le conduisirent dans une grande salle où des nourritures appétissantes étaient disposées sur une table. Elles l'invitèrent à manger, et le garçon, qui ne connaissait guère que les habituelles pommes de terre au lait de beurre qui constituaient le repas de la ferme, se régala avec des plats d'une exquise finesse, tous à base de poissons. Et on lui donna à boire le meilleur vin qui fût, dans des coupes d'or serties de pierres précieuses.

Le garçon se croyait au paradis. La musique et le vin l'engourdissaient, et la vue de ces jeunes filles empressées autour de lui le ravissait. L'une d'elles lui dit alors d'un ton aimable :
- Tu peux rester ici autant que tu veux. Tu te réjouiras avec nous jour et nuit et tu auras à manger et à boire autant que tu le désires. Mais il ya une chose que tu ne devras jamais faire : c'est de boire l'eau du puits qui se trouve au milieu du jardin, même si tu as très soif, car alors, tu ne pourrais plus demeurer ici.

Le garçon se hâta d'assurer qu'il prendrait grand soin à ne pas enfreindre cette interdiction. Et quand il fut bien rassasié, les jeunes filles l'emmenèrent danser. Il ne se sentait pas fatigué le moins du monde et se sentait capable de s'amuser ainsi durant sa vie entière. Jamais il n'avait été à une telle fête, jamais il n'avait éprouvé une telle joie, un tel bonheur de se trouver au milieu d'un luxe inconnu, avec des gens élégants et ditingués qui le traitaient ainsi avec douceur et courtoisie. Il lui arrivait de penser à la ferme, à son troupeau, à ses parents, mais il chassait vite ces images de son esprit pour mieux s'absorber dans la danse et la musique.

Un jour, cependant, comme il prenait l'air dans le jardin, au milieu des fleurs les plus belles et les plus parfumées, il s'approcha du puits et se pencha pour voir ce qu'il y avait à l'intérieur : il aperçut une multitude de poissons brillants qui frétillaient et qui renvoyaient vers lui la lumière du soleil. Alors, il ne put résister : il tendit son bras et sa main toucha la surface de l'eau.

Aussitôt, les poissons disparurent et un cri confus se répendit à travers le jardin et la demeure. La terre se mit à trembler brusquement et le garçon se retrouva au milieu de son troupeau, sur la pente du Petit-Freni. Il y avait toujours la brume au sommet de la montagne, mais le garçon eut beau chercher partout, il ne put découvrir aucune trace du cercle, aucune trace du puits ni de la demeure des fées. Il était seul sur la montagne, et ses moutons paissaient paisiblement comme si rien ne s'était passé.

jeudi 28 mai 2009

Un vent de Liberté


Bonjour,


Une envie de liberté...sur tous les plans...un désir de se lancer dans les airs et de voler, danser...comment ne pas avoir cette envie quand la lourdeur des jours se fait sentir, quand les nouvelles nous assaillent, de plus en plus sombres, quand de la tête aux pieds, il y a toujours un endroit qui fait mal, quand on voit les années passer et que l'on se sent si peu changé, quand trop de choses envahissent l'esprit et que le soir venu, la pelote de laine du matin a triplé de volume...
Oui, une envie de liberté, comme un grand saut vers le haut, voilà ce que j'ai ressenti en faisant cette vidéo....
Je vous souhaite une belle bouffée d'air pur.............

mercredi 27 mai 2009

CONSOLAMENTUM

Bonjour,

Le Consolamentum était le sacrement donné aux mourants par la confrérie des Cathares, qui, bien que traitée d'hérétique par l'Eglise, suivait les Evangiles de près et vivait dans la simplicité demandée par le Maître Jésus....
L'histoire de ces êtres , massacrés et brûlés à cause de leur foi, m'a toujours intéressée, et si j'ai quelques souvenirs de passages à Montségur ou Lavaur...je ressens en moi bien plus de choses que ces images d'enfance...

J'ai réalisé une vidéo sur la présence de l'Ange...en parallèle avec cette présence des frères lors du Consolamentum....
La musique de la vidéo diffère sur youtube, car celle de dailymotion, que j'ai choisie au départ, a été refusée par youtube...mais les deux sont excellentes dans leur diversité...

Voici le texte français que j'ai écrit sur la vidéo :

Lorsque tu te sens seul
Si triste, que tu as un chagrin, je joue pour toi
Lorsque tu souffres, parfois si durement, que tout ne semble que ruines,
je suis là
Offrant ma main, souffrant avec toi
Dans le froid, dans l'ennui, le désespoir, les désillusions, je suis là
Lorsque les souvenirs du passé resurgissent, ferme les yeux, dors un peu,
et la paix reviendra
Je suis là, juste pour toi, pour ton bien être, pour sécher tes larmes,
et te protéger, nuit et jour, adoucir tes blessures, t'abriter sous mes ailes, pendant l'orage, prendre soin de toi, aussi longtemps que je le peux, même si je sais qu'un jour, en dépit de mon amour, mon profond amour, tu t'en iras
Aussi maintenant, comme le temps approche, je te donne tout, mon souffle,
ma chaleur
La nuit est si près, et tu es si fatigué, la lumière appelle, et la rose de glace arrive, mais je suis là, te préservant, n'aies pas peur
bientôt tu verras le grand jardin, aux doux encens, et tu oublieras,
la sombre cité de ta détresse
Entre dans la lumière, goûte à l'eau nouvelle, délivre toi de toutes tes limites,
Le ciel vire au gris, et lorsque tu pleures dans la solitude, et passes sur l'autre rive, mon baiser t'accompagne, dors en paix...je suis ton Ange.



Consolamentum
envoyé par enyarwen -

mardi 26 mai 2009

SIGEL -- Fiction Asiatique


Bonjour,

La rune Sigel est reliée au soleil, elle symbolise l'accomplissement, la réussite, la victoire.
C'est donc une rune de grande énergie, qui procure du bonheur sur divers plans. La posture se fait pieds joints, genoux fléchis, bras levés dans le prolongement du tronc. Les paumes des main sont tournées l'une vers l'autre. Ressentez l'énergie entrer en vous , parcourir votre corps et l'illuminer.




La vidéo de ce mardi est un dépaysement, je vous propose une fiction asiatique....

lundi 25 mai 2009

Le Doigt de la Femme-Victor Hugo

Bonjour,

Ce lundi, un poème de Victor Hugo, et pour l'illustrer, une vidéo sur la coquetterie


Le doigt de la femme

Dieu prit sa plus molle argile
Et son plus pur kaolin,
Et fit un bijou fragile,
Mystérieux et câlin.

Il fit le doigt de la femme,
Chef-d'oeuvre auguste et charmant,
Ce doigt fait pour toucher l'âme
Et montrer le firmament.

Il mit dans ce doigt le reste
De la lueur qu'il venait
D'employer au front céleste
De l'heure où l'aurore naît.

Il y mit l'ombre du voile,
Le tremblement du berceau,
Quelque chose de l'étoile,
Quelque chose de l'oiseau.

Le Père qui nous engendre
Fit ce doigt mêlé d'azur,
Très fort pour qu'il restât tendre,
Très blanc pour qu'il restât pur,

Et très doux, afin qu'en somme
Jamais le mal n'en sortît,
Et qu'il pût sembler à l'homme
Le doigt de Dieu, plus petit.

Il en orna la main d'Eve,
Cette frêle et chaste main
Qui se pose comme un rêve
Sur le front du genre humain.

Cette humble main ignorante,
Guide de l'homme incertain,
Qu'on voit trembler, transparente,
Sur la lampe du destin.

Oh ! dans ton apothéose,
Femme, ange aux regards baissés,
La beauté, c'est peu de chose,
La grâce n'est pas assez ;

Il faut aimer. Tout soupire,
L'onde, la fleur, l'alcyon ;
La grâce n'est qu'un sourire,
La beauté n'est qu'un rayon ;

Dieu, qui veut qu'Eve se dresse
Sur notre rude chemin,
Fit pour l'amour la caresse,
Pour la caresse ta main.

Dieu, lorsque ce doigt qu'on aime
Sur l'argile fut conquis,
S'applaudit, car le suprême
Est fier de créer l'exquis.

Ayant fait ce doigt sublime,
Dieu dit aux anges : Voilà !
Puis s'endormit dans l'abîme ;
Le diable alors s'éveilla.

Dans l'ombre où Dieu se repose,
Il vint, noir sur l'orient,
Et tout au bout du doigt rose
Mit un ongle en souriant.


dimanche 24 mai 2009

Fées et Elfes, mes Amis


Bonjour,

Ce n'est plus un secret, les fées et les elfes sont des personnages que je considère comme réels, faisant partie d'un univers proche de notre monde visible, et que peut être, avec le temps, les humains finiront par voir tout naturellement, une fois leur paupières rationnelles ouvertes....
Il est curieux de constater combien le monde est bizarre...On trouve normal de courir après l'argent, de faire mille et une choses peu recommandables parfois pour arriver à ses fins, de considérer un ballon comme une sorte de dieu, ou encore de gâcher sa vie en la détruisant par des plaisirs qui ne le sont que de nom....et si l'on parle des êtres de la nature, on passe pour de doux dingues....qui est fou en ce monde? Bonne question.....


samedi 23 mai 2009

Récréation du samedi!!!

Bonjour,

Aujourd'hui, deux vidéos....je suis trop bonne, je sais...hihihihi!!!

Celle ci, sur le thème du rendez vous....souvenirs, souvenirs...



Et celle ci, où je vous emmène au gré de mon rpeve...

vendredi 22 mai 2009

Attirance pour l'Etrange...

Bonjour,

Pourquoi sommes nous si souvent attirés par l'étrange, le mystérieux, voire le bizarre...Les livres, les films, sont de plus en plus fréquents sur les sujets 'fantastiques', et les personnages, même laids ou si différents de la 'norme', en deviennent des héros attachants..
Quelle partie de nous correspond à cet aspect de l'être... j'aime beaucoup ce que l'on appelle la Fantasy, entre passé et futur, les histoires qui sortent de l'ordinaire...
Voici une vidéo où j'ai posé des images reflétant ce propos...

jeudi 21 mai 2009

GEMEAUX

Bonjour,

GEMEAUX OU LES ENFANTS DE L' ALTERNANCE

L'histoire des Dioscures, les jumeaux dans la mythologie Grecque classique, contient un nombre de principes riches en réflexions spirituelles. Dans cette histoire, Castor, le jumeau mortel de la lignée humaine, meurt durant une bataille, transpercé par une lance sur un arbre. Pollux, le jumeau immortel, accablé de chagrin par la perte de son frère bien-aimé, implore son père, le dieu Zeus, pour renoncer à son immortalité s'il ne peut la partager avec Castor. Zeus est face à un dilemme. Il ne souhaite pas défier un destin décrété ou son frère Hadès, seigneur du monde souterrain, ni perdre la joie d'un tel fils. Aussi il permet à chaque jumeau de passer leurs jours en alternance dans le monde inférieur et à l'air libre. En témoignage supplémentaire à l'amour fraternel il place leurs images dans les étoiles comme des jumeaux main dans la main. Tous deux partagent la mort et l'immortalité. La curieuse parenté des jumeaux mérite une méditation, mais notre attention ici est attirée par la signification de leur alternance entre vie et mort.
Le principe de l'alternance est parmi les plus fondamentaux dans le cosmos. Bulwer-Lytton dans l'éloquente nouvelle spirituelle Zanoni, observe que sans cette égalité complète dans le monde, il n'y aurait ni changement, ni développement, ni perfectionnement. Si la divinité était demeurée dans l'unité indifférenciée, il n'y aurait eu ni création, ni évolution. Ainsi, un des premiers actes de la création est la différenciation polaire à l'intérieur de l'unité dans l'esprit et la matière, ciel et terre, concret et potentiel, volonté et imagination, vie et forme, et bien sûr, Père et Mère—tous les attributs essentiels de la polarité primordiale.
Comme un rêve relie le concret et le potentiel, ainsi l'unité réside entre et à l'intérieur de la dualité, même après la différenciation. L'attraction polaire est une conséquence de l'unité à l'intérieur de la dualité et comme résultat, l'attention est extraite alternativement de pôle en pôle. De l'alternance de l'attention entre les pôles naît tout nouvel éveil de la conscience ; c'est à dire la conscience est l'enfant de l'union des Divins Père et Mère. Tout accomplissement évolutionnaire est le résultat de cycles alternatifs entre les deux pôles. Toute épigenèse créative vient d'une application individuelle vers l'involution et l'évolution.

Dans l'activité humaine, ce principe se manifeste de diverses façons. A travers le cycle de nombreuses naissances et résurrections successives nous passons derrière et devant les royaumes de la matière et de l'esprit, devenant plus conscients de nous-mêmes à chaque alternance. Maintenant dans le monde la forme, puis dans le monde de l'expression, la conscience créative s'extrait graduellement. Une facette de l'alternance, la distinction, est merveilleusement démontrée dans ce processus.
Lorsque l'esprit renaît dans le plan physique il alterne habituellement en tant que mâle ou femelle. La nature distincte, séparative du monde extérieur est perçue à travers l'expérience masculine ou féminine en laquelle nous apprécions un point de vue spécial, équilibré et compensé par le pôle opposé toujours attractif. Lorsque quelque chose est apporté à son extrême polaire elle est expérimentée et connue dans son plus pur état. Ce processus est réalisé physiquement quand nous tonifions nos corps via l'alternance de bains de vapeur et de bains d'eau glacée, et de façon plus subtile par l'expérience graduellement alternante d'été et d'hiver.

Alors que l'alternance mène à la connaissance et l'appréciation d'états distincts d'existence et leurs opposés, elle dévoile aussi la relation de changement et de conscience. Marchant dans une forêt, nous devenons conscients des nuances de lumière, de forme, et de couleur, mais lorsque nous nous arrêtons et restons calmes et silencieux, nous devenons conscients de la vie de la forêt. Eventuellement, à travers les alternances continues, changements, adaptations, le calme, le silence font que la conscience elle-même apparaisse en nous comme une constante.
Toute conscience en éveil est née de l'alternance et du changement. La philosophie Rosicrucienne est plus précise et enseigne que la conscience est née de la lutte entre le désir actif pour le changement et notre instinct de préservation pour la vie constante, régulière. Si la conscience est réalisée par le changement, alors par l'attention mouvante du changement vers la conscience elle-même on devient conscient de soi. La réalisation de notre organisme libre individuel, en tant qu'êtres conscients à l'intérieur de la divinité, naît ainsi.

En philosophie et en politique une autre facette du principe est exprimée. Il y a véritablement quelques nouvelles questions ou positions philosophiques, ou même des conceptions politiques. Elles sont toujours nominalistes et réalistes, idéalistes et matérialistes et, en politique, les libérales et les conservatrices—avec une tendance à l'avantage de constamment s'avancer et reculer entre elles. En dépit de la constance, ni la philosophie ni la politique ne sont monotones parce qu'il y a toujours progrès. Confrontés aux avantages des idées opposées de la génération précédente, les philosophes contemporains amènent la question plus loin tenant compte des arguments antérieurs et en les confrontant avec une nouvelle sophistication de pensée, construisant sur le passé. Partout dans le continuum temps le principe d'alternance mène au progrès d'une sorte ou d'une autre.

Dans les règnes scientifiques nous observons ce principe, du bourgeonnement des plantes au courant alternatif électrique, qui tous deux améliorent et assujettissent notre mode de vie. Mais nulle part il n'est illustré de façon plus classique que dans la fonction des poumons humains. A travers les inhalations et exhalations alternatives nous sommes revivifiés d'oxygène frais et libérés du toxique oxyde de carbone. Même notre conscience dans le corps physique est changée par l'oxygénation et la carbonation alternatives du sang, comme nous pouvons le voir dans les extrêmes d'halètement et de soupir. C'est un miracle digne d'adoration.

De nombreuses manifestations d'alternance sont là pour notre découverte dans le processus de développement de soi et de service. Pourtant, le fait que l'alternance, comme à peu près chaque autre principe, puisse être mal utilisée, devrait aussi être examiné brièvement.
Nous pouvons devenir si fascinés par l'alternance que nous ignorions l'éveil de la conscience générale ou conscience de soi. Ici c'est le phénoméniste qui ne demande jamais les pourquoi et les comment. Il est possible d'échapper au changement et devenir un maniaque et ignorer la responsabilité du développement de soi, ou de devenir suspendu en oscillation de manière indécise et être neutralisé dans le progrès. On peut psychologiquement souffrir d'hyperventilation par trop d'alternance. Ces mauvaises applications, comme les usages positifs du principe, sont aussi nombreuses que la créativité humaine le permet.

Dans le mandala cosmique, les Gémeaux, premier signe mutable, expriment plus basiquement et intensément le principe de changement et d'alternance. La localisation des Gémeaux dans le thème indique où, dans la vie, le principe tend à être le plus actif.
Les Gémeaux sur la cuspide de la 9ème maison peuvent indiquer une nature religieuse mieux développée ou satisfaite en voyant la divinité en alternance sous des aspects créatifs mâle et femelle, comme le Père et la Mère. Sur la cuspide de la 2ème maison, ils peuvent indiquer des alternances dans l'investissement comme un moyen de libération d'une nature potentiellement rigide, changeant les sources des revenus, ou nécessitent l'alternance des revenus eux-mêmes pour demeurer solvable. Les Gémeaux sur la 6ème maison peuvent signifier que le contrôle de la respiration est essentiel à la santé. Sur la cuspide de la 5ème maison, ils peuvent signifier un déséquilibre dans l'éducation de l'enfant là où une ferme honnêteté est nécessaire ; ou, sur la 7ème maison, mal appliquée, une situation, où l'alternance et la variété sont moralement et socialement inappropriés.
Mercure, le messager des dieux, est le gouverneur apte à ce signe. En tant que premier significateur du mental concret, Mercure en Gémeaux démontre la neutralité typique de chercher la vérité en regardant des deux côtés de la question. Ils montrent l'aptitude à développer une ligne de pensée de façon dialectique et un mental qui puisse apprécier à la fois la vérité et son ombre.
Jupiter en Gémeaux indique une propension à soulever des idées à partir des côtés opposés des faits mais une difficulté à les transcender. Vénus doit avoir un objet pour son amour et trouve l'alternance inconfortable sinon honteuse, bien qu'elle veuille embellir ses descriptions progressives et perfectionner ses arguments.

Dans le mandala astrologique, les Gémeaux coïncident avec la 3ème maison, et le principe de l'alternance trouve une expression optimale dans une signification de cette maison—communication. Nous savons que ces lettres doivent alterner pour être une communication réussie. Mais nous semblons oublier cela lorsque nous entrons en conversation et suivons nos "significatifs" monologues.
La 3ème maison indique la communication, non l'expression (trouvée dans la 5ème maison). Des déclarations alternantes brèves, claires, font les plus directes et pertinentes des communications telles qu'elles sont entendues dans un message radio archétypal. Inversement, les propensions prolixes aux longues histoires du signe opposé, le Sagittaire, sont hors de propos dans cette maison (l'idéalisme n'a pas de raison d'être). A l'autre extrême, le taciturne Capricorne, ou Saturne dans la 3ème maison peut éteindre la communication, souvent à cause de l'insécurité ou de la peur. Le Cancer communique bien à travers les images ou les sentiments ; le Taureau peut se maintenir dans des clichés, etc. Les manifestations possibles du principe d'alternance et l'art de la communication sont infinis et c'est un challenge pour l'imagination créatrice et l'intuition de l'astrologue de trouver les éléments pertinents pour l'horoscope et les besoins à portée de main.

RAYS MAI JUIN 2001 J. CRANE
Traduction Chantal Duros

mercredi 20 mai 2009

Michel de Nostredame



Bonjour,

Il y a un film de 1994 que j'aime beaucoup, pour plusieurs raisons, c'est Nostradamus, la version avec Tcheky Karyo...
Je vous joins ci dessous le synopsis, et une petite récap' sur le grand homme...

Synopsis :
Physicien et astrologue, Nostradamus a de nombreuses visions de l'avenir. Il doit faire face à l'Inquisition et va à l'encontre des théories scientifiques de son époque. Mais il parvient à enrayer une épidémie de peste et parvient à entrer à la cour du roi Charles IX.
--------------------------------------------------------------------------------
Il est né de Jaume (ou Jacques) de Nostredame et Reynière (ou Renée) de Saint-Rémy. Jaume était l'aîné des six (certains disent dix-huit) enfants du couple Pierre de Nostredame et Blanche de Sainte-Marie. Le nom des Nostredame vient de son grand-père juif, Guy de Gassonet (fils d'Arnauton de Velorges), qui choisit le nom de Pierre de Nostredame lors de sa conversion au catholicisme, probablement vers 1455[3]. Selon les archives d'Avignon, et selon les archives de Carpentras qui parlent souvent de juifs des autres régions, il est suggéré que l'origine du nom Nostredame fut imposé par le cardinal de Foix[4] de l'archevêque d'Arles, Pierre de Foix. Le grand père de Nostradamus, Pierre de Nostredame était si convaincu de sa foi qu'il a répudié sa femme d'alors (Benastruge Gassonet) qui ne voulait pas quitter le judaïsme. Le curieux « démariage » fut prononcé à Orange le 14 juin 1463 (ce qui lui a permis finalement d'épouser Blanche).
(Wikipedia contient beaucoup d'éléments que je ne peux poser ici...mais c'est très intéressant!)

Vidéo faite à partir du film de Roger Christian ...

mardi 19 mai 2009

EOLH -- Pagan Mood


Bonjour,

La rune EOLH est une rune de forte protection, elle représente l'élan, animal nourrissant essentiellement les peuples Teutons.
Elle est reliée à Jupiter et Vénus, deux planètes bénéfiques qui accentuent la notion de protection.
La posture permet de faire appel aux forces d'en haut, afin qu'elles se manifestent dans le corps physique, et dans la vie terrestre ne général.

Se tenir bien droit, pieds écartés selon le bassin. Les bras sont levés vers le côté, comme pour accueillir l'énergie qui va se diffuser dans tout le corps.



Voici une vidéo sur la culture 'païenne'...en relation avec la Nature :

lundi 18 mai 2009

Invoquer la Déesse


Bonjour,


Pour commencer la semaine, voici une prière, qui peut se dire universelle, puisqu'elle s'adresse aux éléments

Prière à la terre mère et au ciel père

Terre Mère, Ciel Père,
Nous vous sommes reconnaissants
de votre générosité
et de votre bienveillance.

Terre Mère,
tu offres aux êtres vivants
les ressources dont ils ont besoin
et les êtres vivants t’offre
les ressources dont tu as besoin.

Soleil Père,
tu offres à la terre mère
l’énergie dont elle a besoin
et tu offres aux êtres vivants
l’énergie dont ils ont besoin.

Mes frères les animaux,
mes soeurs les plantes,
vous nous offrez la médecine,
la nourriture,
et les matériaux dont nous avons besoin.

Puissent les hommes renouer
avec l’équilibre
avec l’harmonie
avec le grand tout.



dimanche 17 mai 2009

Les Porteurs de Lumière


Bonjour,

Nous avons parfois l'impression que la nuit n'en finit pas...la nuit morale, les ténèbres de l'âme ou du coeur. Il y a pourtant, souvent à notre insu, de petites lumières sur notre chemin, des petites lampes qui s'allument pour éclairer notre mental assombri...Elles sont autour de nous, sur ce plan ou sur un autre...

J'ai voulu représenter ces porteurs de lumière invisibles par cette vidéo :

samedi 16 mai 2009

La Belle et son Château....


Bonjour,


La Belle au Bois Dormant a bercé notre enfance, et le mystère de ces 100 années de sommeil reste encore à découvrir...On y trouve aussi les 7 fées se penchant sur le berceau, dans la version de Perrault, puis 12 dans la version des frères Grimm, et enfin 13 lorsque l'on y rajoute Carabosse...Des chiffres bien ésotériques, qui nous font penser à des tas de symboles....Décidément, les contes pour enfants sont bien pour les grands!!!

Résumé :

À l'occasion du baptême de la princesse, le roi et la reine organisent une fête somptueuse, invitant famille, amis et fées marraines bienveillantes de l'enfant. Chacune d'elles offre un don à la princesse : beauté, grâce, etc. Les festivités cessent brusquement lorsqu'une vieille fée, qui n'a pas été invitée, se présente et lance à la princesse un charme mortel. Heureusement, une des fées commue ce charme en un sommeil de cent ans.
Pour protéger sa fille, le roi fait immédiatement paraître un édit par lequel il défend à tous de filer au fuseau ou d'avoir un fuseau sous peine de mort. Mais en vain, puisqu'une vieille sourde n'entend pas l'édit. C'est sur son fuseau que la princesse portera la main, entraînant l'accomplissement de la malédiction .
Cette malédiction, interviendra lorsque, âgée de 16 ans, la princesse se piquera le doigt au fuseau de la sourde et prendra fin grâce à la venue d'un prince.
Contrairement à une idée répandue, le conte de Perrault ne s'arrête pas au réveil de la princesse : le prince amène la princesse et ses deux enfants (la petite Aurore et le petit Jour) dans le château de sa mère, qui est une reine ogresse, puis part à la guerre. Pendant ce temps, la reine décide de faire dévorer la princesse et les deux enfants. Mais le Maître d'hôtel du roi les remplace par une biche et deux agneaux pour tromper la méchante reine. Confondue au retour de son fils, cette dernière se jette elle-même dans une cuve et finit dévorée par les serpents et les vipères qu'elle y avait fait mettre à l'intention de sa bru et ses petits-enfants.


Je vous invite à entrer dans mon Château magique, où vous rencontrerez fées et princesses....et autres créatures de rêves...sur l'air de La Wally, interprété par Sarah Brightman :

vendredi 15 mai 2009

AUBEPINE ---Arcanes du Tarot des Fées


Bonjour,

Nous sommes dans le mois de l'Aubépine :

POEME INITIATIQUE DE L AUBEPINE

Du 13 mai au 9 juin

La source qui jaillit
Est symbole de jeunesse.
Elle ne sait où aller,
Ses désirs juvéniles
Doivent être maîtrisés
.
Contrôle des enthousiasmes

L’Aubépine doit savoir
Qu’il est menteur sincère
Qui va vers le succès,
Mais il lui faut un maître
Qui l’informe et le forme.
Habileté bien conseillée est efficace

Qui joue avec la vie
Ne parvient pas au but.
L’Aubépine immature
A besoin d’instruction.

Ne pas jouer dans la cour des grands…

L’innocence juvénile
Assure la fortune
Pas d’image trop belle
Mais un esprit joueur,
Libre de toute arrogance.

Profiter de son âme « d’enfant »

Les conseils du maître
Font progresser l’élève,
L’Aubépine s’affermit
Grâce à l’imitation.

Imiter qui sait

L’Aubépine est reliée à la rune Hagall, la grêle, les événements , pas de chiffre en particulier

Voici une vidéo sur les Arcanes de Tarot des Fées


Faery Arcana
envoyé par enyarwen - .

jeudi 14 mai 2009

Féminin Sacré



Bonjour,

Le principe du « Féminin sacré » est souvent associé à la Terre nourricière (par opposition au Ciel, répondant à une symbolique masculine car émetteur de la pluie fertilisatrice), ou à la Lune (symboliquement associée à la femme du fait de la correspondance établie entre son cycle et le cycle biologique féminin, et par opposition au Soleil, "masculin"). Mais dans certaines langues, sémitiques ou germaniques, les genres du « couple » des luminaires célestes sont inverses : la lune en arabe (قمر = qamar) est de genre masculin, tandis que le soleil (شمس = shams) est féminin, comme on dit der Mond (« le » lune), die Sonne (« la » soleil) en allemand.
En fait, Dieu n'est ni mâle ni femelle et c'est pourquoi les Juifs se sont toujours abstenus de faire des images de Dieu. Mais les chrétiens ont passé outre et attribué à Dieu et à Jésus les épithètes de père et de fils. Et quand le terme Saint-Esprit a été traduit en latin, il a pris le genre masculin: spiritus sanctus. Donc, la Trinité tout entière a été caractérisée comme masculine à partir du Ve siècle, en Europe occidentale.

Toujours selon Margaret Starbird, nous devons récupérer le Féminin perdu à tous les niveaux: physique, psychologique, affectif et spirituel.

Il n'existe qu'un seul modèle pour la vie sur la planète Terre et c'est l'union sacrée (sexuelle) de l'homme et de la femme. Dans les cultures anciennes, cette réalité fondamentale faisait l'objet de cultes qui célébraient la mutualité et la symbiose du masculin et du féminin en tant que partenaires intimes.

mercredi 13 mai 2009

Les Ensorceleuses


Bonjour,


Le film que je vous propose aujourd'hui a déjà dix ans mais il est toujours aussi super à regarder...
Les actrices jouent de parfaites soeurs, liées par un pacte qui leur permet d'affronter la malédiction de leur état de sorcières...mais ce sont de bonnes sorcières!!!


Synopsis :

Elevées par leurs tantes excentriques, Jet et Frances, dans une antique résidence, Sally et Gillian Owens se sont toujours senties différentes. En ce lieu propice a la magie et a la sorcellerie, elles ont appris les rites étranges que leurs ancêtres se transmettaient. Mais jalousées, enviées et redoutées, Sally et Gillian ont été rejetées. La première a tenté de mener une vie normale, mais n'a pu déjouer la malédiction qui pesait sur elle. La seconde a accepte sa différence et sa rencontre avec le satanique Jimmy va déclencher des forces qui la dépassent.

mardi 12 mai 2009

PEORTH -- "En direct d'un rêve"


Bonjour,

La rune Peorth est reliée à Mars et au Noeud Sud de la Lune. Elle représente un cornet à dés, c'est la chance, les événements cachés, secrets, les choses non révélées. Etant en rapport avec le destin, il est donc important de la considérer avec respect...
La posture est simple mais demande de l'équilibre. Assis par terre, genoux fléchis, pieds à plats, avec un écart dans le prolongement du bassin...Les bras sont levés à 30cm des genoux, bras légèrement fléchis, paumes vers le ciel. Ressentez l'énergie entrer en vous, et visualisez vous la redistribuant...les richesses doivent se partager...Vous pouvez visualiser des choses positives, des projets se réalisant sous l'égide de Peorth..



Je vous propose une vidéo 'En direct d'un rêve'

lundi 11 mai 2009

Pensées du Lundi !



Bonjour,

Ce week end, nous étions tous en famille...au complet, c'est rare donc précieux!! Je n'ai pas fait de texte, je vous souhaite une excellente semaine...

Mais, voici tout de même une vidéo sur les pensées de femmes....

dimanche 10 mai 2009

Hommage à Avalon

Bonjour,

Qui étais je en ces temps où me guide l'esprit
Où je retrouve sans peur des essences d'autrefois
Des couleurs et des sons, des visages et des voix
Semblant si proches parfois que le doute m'envahit…

Qui étais je en ces lieux peuplés d'immenses duirs,
Baignés de pluies battantes et de vertes contrées
La mer toujours présente, grondant dans l'air salé
Et le vent de noroît fouettant les fiers menhirs.

L'aube nouvelle m'arrache aux effluves d'avant
Comme par peur de s'y perdre et dans un non retour
Oublier l'existence et même bien l'amour
Qui m'ancre ici au port de mon réel présent.

Qui étais je en ces vies où voyageait mon âme
Remplies de chants, de danses et de si blanches dames…
Qui suis-je encore ici pour en sentir l'esprit
Qui serai je demain quand ce jour aura fui…

Chantal Duros (Mémoires d'Avalon)





samedi 9 mai 2009

Les Amazones


Bonjour,


Dans la mythologie grecque, les Amazones (en grec ancien Ἀμαζόνες / Amazónes ou Ἀμαζονίδες / Amazonides) sont un peuple de femmes guerrières résidant sur les rives de la mer Noire. Les Amazones possèderaient une origine historique : elles correspondraient aux femmes guerrières des peuples scythes et sauromates.

L'étymologie populaire admise pendant l'Antiquité décompose le mot en un ἀ- privatif et μαζός / mázos, « sein » en ionien : « celles qui n'ont pas de sein ». Elle ne repose en fait sur rien[1]. On a proposé de faire provenir le terme du nom d'une tribu iranienne, *ha-mazan, « les guerriers »[2], ou encore du persan ha mashyai, « les Peuplades [des steppes] »
Selon la légende, les Amazones habitent les rives du fleuve Thermodon, en Cappadoce dans l'actuelle Turquie. Elles tuent leurs enfants mâles ou les rendent aveugles ou boiteux, pour ensuite les utiliser comme serviteurs. Quant aux femmes, elles coupent leur sein droit pour faciliter le tir à l'arc. Pour assurer la perpétuation de leur civilisation, elles s'unissent une fois par an avec les hommes des peuplades voisines dont elles choisissent les plus beaux.

Les attributs des Amazones sont le πέλτη / péltê, un bouclier léger en forme de demi-lune, la lance, l’arc et les flèches propres aux cavaliers des steppes, le cheval et la hache — σάγαρις / ságaris d'abord, puis double hache à partir de l'époque hellénistique, par exemple chez Quintus de Smyrne[4]. Le signal avant la bataille est donné par le sistre (sorte de grelot) généralement de bronze.

De nombreux héros grecs — Bellérophon, Achille, Héraclès, Thésée ou encore Priam — ont eu affaire à elles. Curieusement, chacun eut sa reine à aimer et, finalement, à tuer. Achille affronte Penthésilée venue secourir les Troyens, s'en éprend et la tue dans le même temps[5]. Priam, le vieux roi troyen, a lui-même repoussé une invasion amazone[6]. Héraclès doit s'emparer de la ceinture d'Hippolyte et finit par massacrer cette dernière, ainsi que ses compagnes.

Selon une tradition que Plutarque attribue à l'atthidographe Philochore, Thésée se joint à l'expédition d'Héraclès après avoir mené à bien le synœcisme d'Athènes. Il reçoit Antiope comme part du butin. Selon une autre tradition que Plutarque rapporte notamment à Hellanicos, Thésée part seul et capture lui-même Antiope. Les Amazones répliquent en envahissant l'Attique — après avoir passé le Bosphore pris dans les glaces, selon Hellanicos. Le combat devant Athènes se déroule au mois de Boédromion, d'où la fête des Boédromies. Thésée a un fils d'Antiope (également appelée Hippolyte par certains auteurs), Hippolyte[7]. Bellérophon, enfin, après avoir tué la Chimère, affronte et vainc les Amazones.

Vidéo sur les Fières Amazones :

vendredi 8 mai 2009

La Femme Arbre

Bonjour,

La femme peut être comparée à un arbre...Les racines ancrées dans le sol, dont elle se nourrit. Le tronc s'étend en branches, levées vers le ciel, où elle puise la nourriture spirituelle. Elle grandit en feuillage, doux et brillant...elles charme par ses fleurs à la belle saison, puis elle porte les fruits....
Chaque femme est un arbre....

jeudi 7 mai 2009

Juste un baiser...

Bonjour,

Dans bien des contes et des légendes, le baiser est un moment magique qui fait parfois changer le cours des choses...
Dans la Bible, on parle du baiser comme un échange du souffle divin...

J'ai réalisé une vidéo sur le baiser, et je vous écris ci dessous les paroles en français des textes que j'ai posés sur les images.

Juste un baiser...pour m'éveiller de mon long sommeil...sans toi...et marcher à nouveau...et...lorsque la tristesse...m'envahit...juste un baiser...pour oublier...les cauchemars...l'insomnie...la solitude...lorsque tu t'en vas...Juste un baiser...sur mon âme...pour me souvenir...de ta douceur...m'envoler avec toi...lors de tes voyages...penser à toi...et...toujours te voir...dans mes propres yeux...durant les longues nuits.
Juste un baiser...sur mes lèvres...une plume...un souffle...sur mon visage...juste un baiser...une caresse...une fleur...sur mon coeur...une flamme...un petit chant...en plein orage. Juste un baiser...sur mon cou...dans mes cheveux... et je le sentirai...comme une brise dans un champ...comme ton aile. Juste un baiser...un petit baiser...un joli papillon...sur ma langueur...un rayon de lumière...sur mon ciel gris...et un jour...je me relèverai...de mes cendres...et je renaîtrai...et je verrai le soleil...recouvrir mon corps...envolés les mauvais rêves...au loin les oiseaux sombres...Juste un baiser...mon Amour...en dépit de tout...scrutant l'horizon...je t'attends...

mercredi 6 mai 2009

Blanche Neige-version fantastique



Bonjour,

Tout le monde connaît Blanche Neige, celle de Walt Disney....mais le véritable conte, comme tous les contes d'ailleurs, n'est pas pour les enfants...et cette version du film est excellente...tout comme les acteurs (Sigourney Waever et Sam Neill, entre autres).

Synopsis

Le conte de Grimm revisité dans une version bien plus horrifique que celle de Disney. Claudia, une femme belle et acariâtre, n'arrive pas à accepter la présence de sa belle-fille Lili dans sa vie. La rendant de plus responsable de sa fausse couche, elle se charge de la faire tuer. Arrivant à échapper au piège tendu par sa belle-mère, Lili est recueilli par sept vagabonds...


Vidéo du film....mais les meilleures images sont à découvrir en le regardant!!

mardi 5 mai 2009

YR-----Les Amoureux de la Lune


Bonjour,
La rune YR est en relation avec Jupiter et le Noeud Sud de la Lune. C'est une rune de protection, comme l'if, arbre qui lui correspond. Si un problème vous menace, la rune aplanira le terrain pour faire passer la chose avec douceur, ou même vous évitera ce problème, selon le cas...
La posture procure équilibre et calme, afin de bien accepter un événement et gérer une situation.
A genoux, le tronc droit, essayez de lever légèrement vos jambes, les genoux étant écartés selon le bassin. les bras sont tendus vers l'avant, inclinés vers le bas, en parralèle avec les jambes....les paumes sont tournées vers le sol.




Vidéo pour ceux qui aiment la Lune....

lundi 4 mai 2009

Emile Verhaeren- La Pluie


Bonjour,


J'ai choisi ce poème de Verhaeren pour accompagner la vidéo sur la pluie, pas seulement celle qui nous semble si jolie lorsqu'elle tombe sur nos jardins déjà verts, mais celle qui manque à tant de peuples ...Soyons heureux d'être dans un pays où la pluie existe...

La Pluie

Longue comme des fils sans fin, la longue pluie
Interminablement, à travers le jour gris,
Ligne les carreaux verts avec ses longs fils gris,
Infiniment, la pluie,
La longue pluie,
La pluie.

Elle s'effile ainsi, depuis hier soir,
Des haillons mous qui pendent,
Au ciel maussade et noir.
Elle s'étire, patiente et lente,
Sur les chemins, depuis hier soir,
Sur les chemins et les venelles,
Continuelle.

Au long des lieues,
Qui vont des champs vers les banlieues,
Par les routes interminablement courbées,
Passent, peinant, suant, fumant,
En un profil d'enterrement,
Les attelages, bâches bombées ;
Dans les ornières régulières
Parallèles si longuement
Qu'elles semblent, la nuit, se joindre au firmament,
L'eau dégoutte, pendant des heures ;
Et les arbres pleurent et les demeures,
Mouillés qu'ils sont de longue pluie,
Tenacement, indéfinie.

Les rivières, à travers leurs digues pourries,
Se dégonflent sur les prairies,
Où flotte au loin du foin noyé ;
Le vent gifle aulnes et noyers ;
Sinistrement, dans l'eau jusqu'à mi-corps,
De grands boeufs noirs beuglent vers les cieux tors ;

Le soir approche, avec ses ombres,
Dont les plaines et les taillis s'encombrent,
Et c'est toujours la pluie
La longue pluie
Fine et dense, comme la suie.

La longue pluie,
La pluie - et ses fils identiques
Et ses ongles systématiques
Tissent le vêtement,
Maille à maille, de dénûment,
Pour les maisons et les enclos
Des villages gris et vieillots :
Linges et chapelets de loques
Qui s'effiloquent,
Au long de bâtons droits ;
Bleus colombiers collés au toit ;
Carreaux, avec, sur leur vitre sinistre,
Un emplâtre de papier bistre ;
Logis dont les gouttières régulières
Forment des croix sur des pignons de pierre ;
Moulins plantés uniformes et mornes,
Sur leur butte, comme des cornes

Clochers et chapelles voisines,
La pluie,
La longue pluie,
Pendant l'hiver, les assassine.

La pluie,
La longue pluie, avec ses longs fils gris.
Avec ses cheveux d'eau, avec ses rides,
La longue pluie
Des vieux pays,
Éternelle et torpide !

Auteur : Emile Verhaeren (1855-1916)

samedi 2 mai 2009

Ma Quête Runique


Bonjour,



Il y a un poème que je n'ai pu insérer dans mon livre, à cause de la police runique qui n'était pas conforme ...
Je l'ai donc inséré dans une vidéo, consacrée à la relation entre les runes et la quête du Graal...

vendredi 1 mai 2009

Beltaine



Bonjour,

En ce premier mai, je vous souhaite, avec cette première vidéo, beaucoup de bonheur...



Le Premier Mai est aussi la grande fête celte de Beltaine :

Beltaine (Bealtaine, Beltane ou Beilteine) est la troisième des quatre grandes fêtes religieuses de l’année celtique protohistorique, fêtée le 1er mai. Elle vient après Samain et Imbolc et marque la fin de la saison sombre et le début de la saison claire. Elle est en rapport avec Belenos, Lug et Belisama. Le principal rituel de Beltaine consiste en des feux allumés par des druides où le bétail passait afin qu'il soit protégé des épidémies pour l'année à venir.

Elle marque le début de la saison estivale et a lieu le 1er mai de notre calendrier; (giamonios, selon le calendrier de Coligny). Contrairement à Samain, Beltaine n'est pas une fête des trois fonctions de la société celtique. C’est une fête sacerdotale, en Gaule elle est en rapport avec Belenos (avatar du dieu primordial Lug sous forme de la lumière) et Belisama (« la Très Brillante », parèdre du précédent) et dont le sens est « feu de Bel ». En Irlande, c’est à cette date que sont arrivés les différents occupants de l'ile, si on se réfère au Lebor Gabála Érenn (le Livres des conquêtes de l'Irlande). C'est donc une fête de renouveau.

Beltaine marque une rupture dans l’année, on passe de la saison sombre à la saison claire, lumineuse, c’est aussi un changement de vie puisque c’est l’ouverture des activités diurnes : reprise de la chasse, de la guerre, des razzias, des conquêtes pour les guerriers, début des travaux agraires et champêtres pour les agriculteurs et les éleveurs. En ce sens, elle est l’antithèse totale de la fête de Samain. Beltaine est la période de prédilection pour les rites de passage entre les périodes froide et chaude, entre l’obscurité et la lumière, entre la mort psychique symbolique et la renaissance spirituelle. De manière générale, Beltaine est la fête du changement du rythme de vie. Du rythme hivernal, on passe au rythme estival. La fête marque ce passage tant physiquement que spirituellement. Les rites anciens d’enfermement dans les chambre des dolmens se passaient peut-être durant la nuit de Beltaine.

Les récits insistent sur les feux allumés par les druides, prononçant des incantations magiques pendant que l’on fait passer le bétail entre ces feux, afin de le protéger des épidémies pour toute l'année. Le feu de Bel (Belenos) est un feu de purification bénéfique que les druides étaient censés créer par leur magie et leurs incantations. Le Feu de Beltaine est puissant, sacré et fort, celui qui l’allume doit être une personne de pouvoir. Beltaine est l’exaltation du feu, élément druidique par excellence. On suppose que l'assemblée des druides dans la forêt des Carnutes, attestée par César dans La guerre des Gaules, se tenait à l’époque de Beltaine. Des sacrifices d'animaux avaient lieu à l'époque de Beltaine tout comme à Samain, ils étaient offerts en offrande aux dieux.


Beltaine
envoyé par enyarwen